Dorures

Publié le par argone

Ma copinette Monique m'ayant gentiment rencardée sur les ventes de fin d'année des Dorures Charles Mathieu, je suis allée à Caluire avec les autres copinettes Martine et Isabelle (toujours les mêmes à vouloir se balader, hein ;-) Merci à Martine d'avoir conduit la charrette ce jour-là :-) C'est une société très ancienne (si vous avez le courage, lisez l'historique ci-dessous) qui fait quelques ventes aux particuliers en fin d'année.

Les Dorures Louis Mathieu

 

 

En 1928, Louis Mathieu déjà propriétaire depuis 1888 d'une usine de dorure située impasse Lassalle dans le 6ème arrondissement de Lyon (rue devenue en 1909 rue de Genève), fait édifier deux rues plus loin une nouvelle usine. Celle-ci, bâtie suivant les plans de l'architecte lyonnais Ernest Flahaut, sera plus adaptée au travail de la fonderie. L'entreprise sera transmise de père en fils de 1888 à 1995. Depuis sa création, la société Dorures Louis Mathieu est spécialisée dans la fabrication de fils d'or, d'argent (trame de soie enrobée d'or et d'argent), le tissage et la passementerie. Un brevet d'invention français n° 466166 est délivré le 23 février 1914 concernant un dispositif pour l'obtention d'un fil métal, présentant des parties rondes et des parties plates s'alternant régulièrement.
Depuis 1995 le tissage et la passementerie sont sous-traités à l'extérieur dans des ateliers de la Croix-Rousse et de l'Isère. L'argenture était réalisée à l'époque par collage d'une feuille d'argent sur le cuivre.
Depuis 1972, la technique de collage, jusqu'alors utilisée pour l'argenture, est abandonnée et remplacée par le dépôt électrolytique d'argent. Le dorage s'effectue désormais par électrolyse. Aucune opération de vernissage n'était réalisée avant les années 50, puis des opérations de peinture-vernissage ont été intégrées dans la chaîne de fabrication dorure-argenture afin de protéger les dépôts d'or et d'argent réalisés sur les filés et les lames et de diversifier la gamme de couleur des produits ; dans le même temps, introduction des fils métalloplastiques.
En février 1991, une filiale employant 12 personnes est créée au Maroc pour réaliser des opérations de guimperie et de bobinage.
En 1995, la société devient Dorures Louis Mathieu Industrie et fait partie du groupe Charles. Le chiffre d'affaire de la société a été en 1994 de 26,5 millions de francs.Atelier fonderie : étirage et tréfilerie (fermé en 1980) cheminée h : 15m d : 2m, atelier argenture : dorage vernissage et peinture, atelier mécanique : réparation et fabrication ou transformation des machines, atelier ajustage : bobinage et assemblage, atelier tissage (fermé en 1995) : 28 métiers jacquard, un ourdissoir, une visiteuse, trois types de cannetières, la passementerie située dans l'atelier dorures-vernis-peinture correspond aujourd'hui à un magasin de passementerie ouvert au public un week-end par an. Le laboratoire de chimie permet les tests d'oxydation, l'analyse des milieux, l'analyse des fils avant travail de tissage ou commande : répertoire de fiches techniques et références. 400 ouvriers au début du siècle, 200 dans les années 1950, aujourd'hui 51 personnes sont employées.

Revenons à notre vente.... il y avait des tabliers de toutes sortes, à des prix très intéressants (entre un et cinq euros environ).

du linge de maison (nappes, nappersons, torchons ...)

Et dans des boîtes, des petits trésors, spécialité de la société .... ça brilllllle !

C'est un peu fouillis mais c'est pas grave .... :-)))

De jolis pompons étaient également vendus, mais là c'était un peu plus cher :-(

Vous aimez les fils métalliques ? En voici plein !

Euh..... je ne sais pas trop ce que c'est, je pense qu'on y enroulait le fil :

Et sur une belle étagère murale en bois, encore des bobines !! Ils avaient également un petit choix de tissus, mais rien de très joli..

Voilà, la visite est terminée, n'oubliez pas le guide (nan je rigole) ... J'ai été bien raisonnable : un tablier siglé "Moët et Chandon" à 1 euro, un autre couleur Havane, à customiser peut-être avec de la broderie, pour 4 euros, et un pyjama à 10 euros !

A bientôt pour de nouvelles aventures :-)

Publié dans journal de bord

Commenter cet article

Michou 29/03/2006 08:06

Ah, les galons, les rubans, les fils... Merci pour cette visite qui nous donne l'impression d'y être.
Michou

Sissi 08/12/2005 06:23

c'est la caverne d'Ali Baba...
Sésame....ouvres-toi !
(Par Contre)...Sésame, des p'tits prix st'plaît !

Cherbi 03/12/2005 09:05

Merci pour ce reportage ;o) C'est une mine ce magasin, ça donne envie de farfouiller ! bon week end.