le secrétaire de tout le monde

Mercredi 22 août 3 22 /08 /Août 07:00

Depuis quelques jours on reparle de volatiles atteints du virus H5N1. Cela m'a donné l'idée de ressortir mon vieux livre "Le secrétaire de tout le monde", car parmi tous les modèles de lettres qu'il contient, je me rappelais y avoir vu ce document, dans la rubrique "Formules d'actes usuels". Déjà, à l'époque, (fin du 19ème siècle) les autorités devaient procéder à la mise en place de mesures pour endiguer les épidémies atteignant les animaux.






Procès-verbal pour bestiaux (ou chevaux) attaqués de contagion.

"Ce jourd'hui, dix décembre mil huit cent soixante-quatorze, nous, N....., Maire (ou Adjoint) de la commune de ...., averti que le sieur Thomas Dupont, fermier, habitant ladite commune, avait des vaches (ou des moutons ou des chevaux) malades, nous avons reconnu que ces animaux étaient attaqués d'une maladie contagieuse (indiquer la nature de la maladie, telle que la péripneumonie contagieuse, le charbon pour les bêtes à cornes, la clavelée pour les moutons, la morve, le farcin pour les chevaux). Cette affection étant incurable, nous avons ordonné qu'elles fussent abattues, enfouies à cinquante mètres des habitations, dans une fosse de deux mètres soixante centimètres au moins de profondeur, leur peau tailladée et coupée en divers endroits ; de plus, que les murs, auges, râteliers et sol de l'étable (ou de l'écurie) seraient lavés à l'eau de javelle étendue d'eau, ou à l'eau de chaux, dans les vingt-quatre heures pour tout délai. (Si la maladie, quoique contagieuse, n'est pas mortelle, on substitue le libellé suivant à ce qui précède). Nous avons ordonné que ces animaux fussent séparés des autres et renfermés de manière à ne communiquer avec aucun animal de la commune ; de plus, nous lui avons fait défense de les conduire aux pâturages et abreuvoirs communs. De tout ce que dessus, nous avons dressé le présent procès-verbal que le sieur Laurent a signé avec nous.

A ......... les jour et an susdits.


Le Maire,  N***




Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 11 mars 7 11 /03 /Mars 07:06


Je reprends ce petit livre qui date je vous le rappelle d'à peu près 1873, et j'ai choisi les pages qui concernent les demandes de grâce à une haute autorité : président de la République, Ministre, évêque, préfet ... le désarroi est réel, les formules sont pour le moins imagées, comme vous pouvez le constater.

 

Requête pour demander la grâce d'une personne condamnée au bannissement

A M. le Président de la République.

"Monsieur,

 Un homme qui, jusqu'à une époque bien fatale pour lui, avait toujours marché dans le sentier de l'honneur, s'est laissé égarer par les sophismes revêtus des couleurs spécieuses de patriotisme et de bien public.

Circonvenu par des hommes qui l'ont mis en avant, il s'est trouvé posé de manière à ne pouvoir reculer qu'en rompant brusquement avec eux.

Par faiblesse, il n'a osé prendre ce parti qui l'eût sauvé, et il s'est compromis d'une manière si grave, que le conseil de guerre de la .... division militaire l'a condamné à la déportation.

Aujourd'hui, Monsieur, revenu de son erreur, il déteste les principes qui l'ont conduit à l'abîme. Il reconnaît que les vains principes mis en avant par des hommes fallacieux, cachaient des projets de désordre et de bouleversement propres à favoriser soit des ambitions particulières, soit la spoliation et le vol.

Renonçant pour toujours à un rôle politique quelconque et surtout à se mêler à aucune manifestation ennemie de l'ordre, il vient vous supplier de pardonner un moment d'égarement et d'accorder au repentir le plus sincère un généreux pardon ou du moins une atténuation de peine qui lui permette de toucher de nouveau le sol de la patrie.

Il a l'honneur d'être avec le plus profond respect,

Monsieur le Président,

Votre très humble, très-obéissant serviteur,"
(date et adresse.)

 




Recours en grâce d'une épouse en faveur de son mari condamné à mort.

A M. le Président de la République.

"Monsieur,

Une épouse au désespoir, mère de quatre enfants, vient se jeter à vos pieds pour implorer de votre bonté la grâce de son mari (ou une commutation de peine), condamné à mort par arrêt du Tribunal criminel de .... en date du ... (ou par le conseil de guerre siégeant à ...).

(Dire ici en très peu de mots les motifs qui peuvent atténuer le crime du condamné et continuer ainsi) :

Puissent les larmes, les angoisses d'une mère, les pleurs des enfants à qui le glaive de la loi enlèvera un époux, un père, toucher votre coeur si clément et si généreux ! Puisse le ciel accueillir les ardentes prières que je lui adresse afin qu'il vous porte à accorder à mon mari un généreux pardon ou du moins une commutation de peine !

Alors moi et mes enfants, nous bénierons sans cesse votre nom et nous prierons Dieu de vous récompenser dans ce monde et dans l'autre.

Dans cet espoir qui me soutient encore,

J'ai l'honneur d'être avec le plus profond respect,

Monsieur le Président,

Votre très-humble et très-obéissante servante."


Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 1 juillet 6 01 /07 /Juil 08:13

Quand DH est absent ..... Madame a du mal à joindre les deux bouts .... et lui réclame des sous ! (pour dévaliser les merceries ???? ;-)))

 

 

Lettre d'une Femme à son Mari absent pour lui demander de l'argent.

"Mon cher ami,

Voici bien longtemps que je n'ai reçu de tes nouvelles. J'espère que tu te portes bien ; écris-moi promptement pour m'en donner l'assurance et pour m'envoyer un peu d'argent ; car je me trouve dans une grande gêne.

Je pense que tes appointements doivent te donner le moyen de m'envoyer quelque chose chaque mois. Je ne te demanderais rien, si ce que je gagne pouvait suffire à mon entretien, mais tu sais que le travail d'une femme rapporte peu de chose, et j'ai nos deux enfants à nourrir.

Je compte donc sur une prompte réponse.

Je t'embrasse bien tendrement,
Ton affectionnée amie."


Réponse à la lettre ci-dessus.


"Ma chère amie,

Tu as bien fait de m'écrire ; je t'envoie ci-inclus un peu d'argent en un mandat de poste, et chaque mois je t'en enverrai autant. Si mes appointements étaient plus considérables, la somme serait plus forte ; mais ce que je te fais passer est tout ce qu'il m'a été possible de mettre de côté sur mon entretien. Soigne bien ta santé ; ne te fatigue pas trop, et embrasse bien tendrement pour moi nos deux chers enfants.

Ton affectionné époux."

Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 10 juin 6 10 /06 /Juin 08:41

 

Cette lettre est typique des lettres qu'on n'écrit plus, ou tout au moins, pas en utilisant ces mots, si désuets mais courant à la fin des années 1800. Texto, SMS, e-mail ont remplacé ces phrases parfois très imagées .... pour dire au revoir à sa maman qui part pour un long voyage.

 

 

Lettre d'une jeune Fille à sa Mère qui vient de la quitter pour un long voyage

"Ma Mère chérie,

Bien que depuis longtemps tu m'eusses préparée à l'idée de notre séparation, la douleur que j'ai éprouvée lorsque tu as été partie a été si vive, qu'il ne me semblait pas possible de la supporter.

Tout ce qui m'entoure me parle de toi et me fait davantage sentir ton absence. Où sont ces longues conversations intimes où mon âme s'épanchait chaque jour dans la tienne, où sont ces bonnes paroles qui sortaient de tes lèvres et me réconfortaient dans les heures de soucis et d'angoisses qui assombrissent si souvent mon esprit.

Ecris-moi souvent et longuement, chère Mère, que tes lettres viennent, s'il est possible, combler un peu le vide causé par ton éloignement, et si ma correspondance ne t'ennuie pas trop, eh bien, moi aussi, je t'écrirai souvent, bien souvent même.

Adieu, chère Mère, que ce papier te porte tous les baisers que je lui donne à ton intention.

Ta fille bien tendrement affectionnée".


Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mercredi 17 mai 3 17 /05 /Mai 06:32



Comme toute relation employeur / employé, celles qui unissent les parents à la nourrice de leur enfant connaissent des hauts et des bas..... La préoccupation majeure de la maman du petit est bien sûr de savoir si bébé est bien nourri et si sa maman temporaire s'en occcupe bien, et celle de la nourrice est d'être payée, et dans les temps ! Voici quelques modèles de lettres illustrant ces propos :

 

Lettre de reproche à une Nourrice

"Madame,

J'apprends à l'instant, par une voie indirecte, que vous avez sevré mon enfant sans m'en prévenir ; cependant il n'a encore que six mois.

Quel est le motif de ce prompt sevrage ? Répondez-moi franchement à ce sujet ?

D'un autre côté, on m'assure que vous n'avez pas pour votre nourrisson tous les soins que réclame un enfant de cet âge. Vous le laissez absolument seul dans son berceau, lorsque vous allez aux champs, et vous ne le tenez pas aussi proprement que je le désirerais. J'irai le voir incessamment ; si en effet mes reproches sont fondés, je ne vous cache pas que je retirerai mon enfant de vos mains.

J'ai l'honneur de vous saluer."



Lettre d'une Nourrice qui ne peut continuer l'allaitement d'un enfant

"Monsieur et Madame,

Je viens vous prévenir que je ne puis continuer l'allaitement de votre enfant, parce que je suis devenue enceinte ; mais il a maintenant huit mois, je l'ai sevré, et je le nourrirai avec du bon lait. Le médecin m'a dit que je pourrais lui donner des panades et des soupes au vermicelle, au lait ou au bouillon. Soyez persuadés que je continuerai à avoir pour lui les plus grands soins ; car je l'aime comme si c'était mon propre enfant. Il ne paraît pas se trouver plus mal du changement de nourriture, car il ne s'est jamais si bien porté.

Votre très-humble et très-obéissante servante."



Lettre d'une Nourrice pour réclamer ce qui lui est dû

"Monsieur (ou Madame),

Voici plusieurs mois d'allaitement qui nous sont dus. Ayez la bonté de mettre plus d'exactitude dans le paiement des mois de nourrice, si vous ne voulez pas que votre enfant pâtisse en même temps que nous ; car ces retards nous mettent dans la plus grande gêne, et nos moyens sont trop bornés pour nous permettre d'attendre.

Ayez donc la bonté de nous envoyer aussitôt une bonne partie de ce que vous nous devez, si vous ne pouvez envoyer le tout à la fois.

Nous avons l'honneur de vous saluer."


Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 11 mai 4 11 /05 /Mai 06:30

Voici un cinquième extrait du livre "Le secrétaire de tout le monde". Après la naissance de l'enfant, le livre propose quelques modèles de correspondance avec les nourrices. En effet dans les milieux aisés en cette fin de 19ème siècle on plaçait volontiers bébé au bon air de la campagne, tout au moins pour sa première année, pour qu'il soit nourri au sein par une solide paysanne. Mais encore faut-il trouver la personne sérieuse qui conviendra, voici une lettre illustrant ce sujet :

 

Lettre à une Dame qui habite le village pour la prier de procurer une Nourrice

"Madame,

Connaissant votre extrême obligeance, je viens vous prier d'avoir la bonté de me cherche une bonne nourrice, soit dans la commune où vous habitez, soit dans une commune voisine.

Je désire qu'elle n'ait pas plus de vingt-cinq à vingt-huit ans, de belles dents et une bonne santé.

Je souhaite aussi que cette nourrice soit propre, et le lieu qu'elle habite point malsain, enfin, qu'elle jouisse d'une certaine aisance pour une femme de la campagne.

Voilà sans doute bien des choses ; mais vous comprendrez la sollicitude d'une mère.

Je donnerai vingt-cinq francs par mois, le sucre et le savon.

En attendant votre réponse,

J'ai l'honneur de vous saluer avec une parfaite considération."

Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Samedi 29 avril 6 29 /04 /Avr 08:57

Voici un quatrième extrait du livre "Le secrétaire de tout le monde". Nous avons vu l'autre fois les demandes en mariage, ça y est, les époux ont convolé et le fruit de leur union apparaît. Les choses se passent plus ou moins bien, je vous rappelle que ces modèles de correspondance datent d'environ 1875, notre médecine a heureusement fait d'immenses progrès, entre autres en matière d'obstétrique.

 

Lettre annonçant l'heureux accouchement de sa femme.

"Monsieur et Ami,

Je m'empresse de vous annoncer l'heureux accouchement de ma femme. Hier au soir, à neuf heures, elle a donné le jour à un garçon (ou une fille). La mère et l'enfant se portent bien.

Votre tout dévoué serviteur"


Lettre annonçant l'accouchement difficile de sa femme.

"Mon cher Ami,

Je vous écris, à peine remis des angoisses que je viens d'éprouver.

J'ai été hier sur le point de perdre ma femme. A cinq heures du matin, elle a senti les premières douleurs de l'enfantement. Durant seize heures, elle a été en proie aux plus vives souffrances, et j'ai vu le moment où l'on désespérait d'elle. Enfin sa bonne constitution a pris le dessus, et elle a mis au jour un garçon (ou une fille). Elle est hors de péril, et l'enfant se porte bien.

Votre ami dévoué"


Lettre pour annoncer l'accouchement de sa femme, lorsque l'enfant est venu mort au monde.

"Mon cher Ami,

C'est un père désolé qui vous écrit : ma femme est accouchée hier d'un enfant mort ; elle a beaucoup souffert ; mais le ciel me l'a conservée, et actuellement elle est hors de danger.

Votre ami dévoué"


Lettre annonçant l'accouchement de sa femme, la mère et l'enfant étant morts.

"Mon cher Ami,

C'est le coeur navré que je vous écris ; un grand malheur m'est arrivé il y a aujourd'hui huit jours : ma pauvre femme, après de longues souffrances, donna le jour à un enfant mort, et succomba elle-même aux suites de son accouchement. Jugez de ma profonde douleur ; perdre à la fois et au même instant une épouse chérie, et l'enfant dont la naissance devait me combler de joie !

Adieu, mon cher N., venez me voir, votre amitié adoucira peut-être l'affreux malheur qui m'a frappé.

Votre ami malheureux et dévoué"

Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Mardi 18 avril 2 18 /04 /Avr 06:26

Voici un troisième extrait du livre "Le secrétaire de tout le monde", où une maman, soucieuse de l'avenir de sa fille, qui vient de lui apprendre qu'elle allait se marier, lui prodigue toute une série de précieux conseils. Après lecture de cette lettre, je me demande si cette jeune fille va se marier ou rentrer au couvent ...

Mariage - Conseils d'une Mère à sa Fille.

"Vous voici, ma chère fille, arrivée à l'époque la plus importante de votre vie. Vous allez entrer dans une nouvelle carrière qui vous offrira de nouveaux devoirs à remplir. Je vais vous retracer les plus importants de ces devoirs, persuadée que les conseils d'une mère qui vous chérit, seront toujours aussi présents à votre esprit, et que vous saurez en profiter.

D'abord, je vous recommanderai une grande prudence dans votre conduite. Il ne suffit pas qu'elle soit irréprochable ; il faut encore qu'elle ne puisse jamais être soupçonnée, ni même donner lieu à des insinuations calomnieuses et méchantes. Evitez donc la société des femmes légères et inconséquentes. Ayez toujours une grande réserve avec les hommes, et gardez-vous de jamais braver l'opinion publique ; il est au contraire du devoir de la femme de s'y soumettre. Cette prudence et cette réserve assureront votre repos et celui de votre mari.

Je ne vous recommande pas d'éviter tout manège de coquetterie, ni de vous faire un jeu d'exciter les inquiétudes de votre mari : j'ai trop bonne opinion de vous pour croire cette recommandation nécessaire.

Si votre mari a parfois quelques moments de vivacité, opposez-y une inaltérable douceur, et il rentrera en lui-même bien plus promptement que si vous lui teniez tête.

Ayez de l'ordre et de l'économie, surveillez tous les détails du mariage, et faites en sorte que votre mari puisse se reposer sur vous de tous les soins de l'intérieur.

J'aurais encore bien des choses à vous dire, ma chère fille ; mais le temps me presse, et je finis en vous embrassant bien tendrement, et en vous souhaitant le bonheur dont je vous crois digne.

Votre mère dévouée"

Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Dimanche 2 avril 7 02 /04 /Avr 06:00

 

Un deuxième extrait de ce livre acheté récemment .... où on trouve le modèle d'une lettre de demande en mariage de convenance. C'est clair, le jeune monsieur ne cherche pas pour épouse une brodeuse, qui dilapiderait son capital en toiles, fils de soie, fiches, kits, tissus, etc.... pas des filles comme nous, quoi ;-))  Si je recevais une telle lettre, j'aurais tendance à trouver le personnage plutôt mufle et grossier, pas vous ?

Demande relative à un mariage de convenance.

"Madame,

Vous savez que je suis à la tête d'un commerce de détail assez actif. Chaque jour, je sens davantage le besoin d'associer à mon sort une personne laborieuse, sage, économe et prudente, qui puisse surveiller ma maison durant mon absence, et même me remplacer entièrement.

Je crois avoir trouvé en vous, Madame, la personne qui me conviendrait, et je me croirai d'autant plus heureux, si vous daignez agréer l'offre de ma main, que j'ai su apprécier votre aimable caractère et les qualités qui peuvent rendre la vie intime douce et agréable.

Je ne vous parle pas de moi et de mon caractère : nos amis communs vous donneront tous les renseignements que vous pourrez désirer à ce sujet.

Ayez l'extrême bonté, Madame, de me faire connaître votre décision : Dieu veuille qu'elle me soit favorable.

J'ai l'honneur d'être avec respect,
Madame,
Votre très humble et très-obéissant serviteur"

Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Samedi 18 mars 6 18 /03 /Mars 06:11

 

 

Comme promis je reviens sur mon livre "Le secrétaire de tout le monde" déniché dans un vide-grenier. Aujourd'hui c'est d'amour dont nous allons parler, ou plutôt écrire. Commençons par une lettre des plus romantiques, rappelez-vous, le fiancé devait demander officiellement la main de sa douce bien-aimée au papa de celle-ci ! Mais avant cela, il se devait de parader faire sa cour à la jeune fille.... mais pas sans l'autorisation paternelle !

 

Lettre à un Père pour lui demander la permission de se présenter chez lui pour faire la cour à sa Fille.

"Monsieur,

J'ai eu plusieurs fois l'occasion de voir Mademoiselle votre fille chez ma soeur Emilie Lalande, son amie. Sa douceur, son amabilité, ses qualités solides, jointes à ses agréments personnels, m'ont inspiré des sentiments que je serais heureux de lui voir partager.

Mais avant de lui en faire l'aveu, l'honneur et les convenances m'engagent à solliciter votre consentement. Vous connaissez ma famille, Monsieur ; j'ai un emploi qui me donne des moyens d'existence suffisants pour moi et pour la femme qui voudra bien s'associer à mon sort. Quant à mes moeurs et à mes habitudes, elles sont à l'épreuve de l'examen le plus sévère.

J'attends donc votre autorisation pour me présenter chez vous, solliciter de votre aimable fille la permission de lui faire ma cour et de lui offir mon coeur et ma main, en essayant de lui faire partager les tendres sentiments que sa vue m'a inspirés.

Dans l'espoir d'une réponse favorable,

J'ai l'honneur d'être avec respect,
Monsieur,
Votre très humble et très-obéissant serviteur"

Par argone - Publié dans : le secrétaire de tout le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires

Qui êtes-vous ?

   

 

 

    
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés